Livrets vierges tous diplômes

1- L’information

Il est très fortement conseillé de participer à une réunion d’information collective dans les Espaces VAE, les Points Relais Conseils (PRC), ou au DAVA.

Ces informations vous permettront de connaître les principes de la VAE et les modalités de sa mise en oeuvre.

Il est recommandé de vous inscrire à une réunion d’information au plus près de votre domicile en vous connectant sur le site FranceVae.fr

Télécharger les coordonnées des Espaces VAE et leurs horaires d’ouverture

Vous pourrez rencontrer des conseillers experts de la VAE qui procèderont à une étude personnalisée de votre projet (prestation gratuite).

Si votre projet est réalisable, vous pouvez constituer votre livret de demande de recevabilité (livret 1).

Les conseillers des Espaces VAE vous aideront à élaborer le livret 1.

2- La recevabilité de votre demande (livret 1)

Vous pouvez télécharger les livrets en cliquant directement sur les liens suivants :

Télécharger le livret 1 pour tous les diplômes de droit commun (du CAP au BTS) et les diplômes du travail social (DEME, DEES, DEETS)

Télécharger le livret 1 spécifique au diplôme de comptabilité et de gestion (DCG) et au diplôme supérieur de comptabilité et de gestion (DSCG)

Les services académiques vérifient la durée de l’expérience et le lien entre les activités exercées et le diplôme visé, en s’appuyant sur le référentiel d’activités professionnelles du diplôme.

La recevabilité est ensuite prononcée par les services des examens du rectorat qui vous adressent une notification sous un délai d’un à deux mois.

La recevabilité est valable un an à dater de son édition. Elle peut être prolongée une seule fois à son échéance, sur demande formulée par courrier ou par courriel adressé au DAVA

3- La constitution du livret de présentation de l’expérience (livret 2)

Si votre demande est recevable, vous devez ensuite élaborer un dossier (livret 2) détaillant votre expérience professionnelle ou bénévole en rapport avec le champ du diplôme visé. Ce livret doit permettre au jury d’évaluer les compétences professionnelles acquises au regard du référentiel du diplôme.

Télécharger le livret 2 pour tous les diplômes de droit commun (du CAP au BTS)

Télécharger le livret 2 spécifique pour le diplôme de comptabilité et de gestion (DCG) et pour le diplôme supérieur de comptabilité et de gestion (DSCG)

Télécharger le livret 2 spécifique pour le diplôme d’état de moniteur éducateur (DEME)

Télécharger le livret 2 spécifique pour les diplômes du travail social (DEES-DEETS-DECESF)

Vous pouvez bénéficier d’un accompagnement réalisé par les conseillers experts des Espaces VAE, pour vous aider dans l’élaboration du livret 2, expliciter vos expériences professionnelles, les mettre en relation avec le référentiel du diplôme et préparer l’entretien avec le jury.

Cette prestation est payante et facultative, mais est fortement conseillée.

Cette prestation peut être financée par les employeurs, les Organismes Paritaires Collecteurs Agréés (OPCA), le Fongecif, Pôle emploi, le Conseil régional.

Télécharger les coordonnées des Espaces VAE et leurs horaires d’ouverture

Source : http://www.ac-aix-marseille.fr

Catherine – Diplôme “Licence Pro Attaché Commercial

Catherine – Diplôme “Licence Pro Attaché Commercial Industriel” de l’Institut Universitaire de Technologie d’Aix-en-Provence (accompagnement à distance)

Fin 2006, j’ai démissionné de mon poste de commerciale dans le secteur de l’industrie de la chimie pour suivre mon mari muté en Guadeloupe. En recherche d’emploi, c’est à l’issue d’un bilan de compétences que j’ai appris l’existence de la VAE. Titulaire d’un BTS « Négociation Relation Clientèle », j’ai souhaité valider mon expérience par une Licence. Cependant, en Guadeloupe, cette structure n’existant pas, j’ai effectué cette démarche à distance avec l’Université de la Méditerranée. La rédaction des différents livrets m’a demandé plusieurs mois d’un travail intense. La démarche en prime abord m’a décontenancée, car, plus qu’une description de méthodologie de travail, c’est une réelle analyse des missions avec force de propositions qui est exigée.

Ce travail d’introspection est un véritable audit sur ses différentes expériences, compétences, forces et faiblesses. Malgré les 7.000 kms de distance, les relations avec mon accompagnateur ont été excellentes. Je le remercie car les échanges internet et téléphoniques étaient très structurés et efficaces.

La licence « Attaché Commercial Industriel » obtenue est pour moi une reconnaissance officielle de mon engagement professionnel. Aujourd’hui, je démarre en Guadeloupe une nouvelle mission. L’approche intellectuelle de la VAE m’aidera, j’en suis sûre, à réussir ce nouveau challenge professionnel.

Source : http://fpc.univ-amu.fr/temoignages-vae

Franck – Diplôme “Master 2 – Ressources Humaines”,

Franck – Diplôme “Master 2 – Ressources Humaines”, Faculté des Sciences Economiques et de Gestion

Officier dans l’Armée de terre, j’ai engagé le processus de VAE alors que j’occupais les fonctions de directeur des ressources humaines d’un organisme de 1200 personnes depuis quelques années.
(…)

Le Master 2 « conditions du travail et compétences » correspondait bien à cette attente : il m’offrait d’actualiser mes connaissances et de parfaire mes compétences sur l’analyse et la gestion des systèmes de management des ressources humaines, de l’emploi et des projets organisationnels.
Si j’évoque ces éléments quelque peu « techniques », c’est bien pour souligner l’aspect volontariste que cette démarche de certification nécessite. Il s’agit donc bien ici de savoir  « ce que l’on cherche », pour prévoir « ce que l’on souhaite faire », afin de pouvoir « accompagner les autres et transmettre ». En effet, pour franchir par un effort soutenu les différentes étapes de la VAE, du projet de validation jusqu’au jury final, le candidat ne doit pas de façon restrictive répertorier les connaissances déjà acquises mais bien plus s’interroger, s’informer, chercher, analyser, synthétiser et savoir mettre en œuvre une véritable démonstration de ses compétences…une capacité qui, dans mon cas, fait d’un candidat à l’obtention d’un diplôme universitaire par la VAE, un gestionnaire de ressources humaines conscient de la portée d’une véritable discipline qu’est la GRH et donc « socialement responsable».

Je profite de cette tribune pour remercier toutes les personnes qui m’ont accompagné dans cette démarche, car la qualité des universitaires et des personnels que j’ai pu rencontrer lors de VAE donne pour moi un relief très particulier au diplôme obtenu.

Source : http://fpc.univ-amu.fr/temoignages-vae

Hervé – Diplôme “Licence Pro DISTECH”,

Hervé – Diplôme “Licence Pro DISTECH”, Institut Universitaire de Technologies d’Aix-en-Provence

Avec un BEP commerce et un premier job de coursier, 17 ans d’expérience m’ont conduit à exercer des responsabilités dans la gestion, l’organisation et le management d’équipe en grande distribution. A 44 ans j’ai connu plusieurs licenciements économiques. L’époque où l’on effectuait toute sa carrière dans une même entreprise est révolue.
(…)

Valider ses acquis c’est possible, il faut  savoir prendre du recul. J’ai commencé par une description écrite de mes compétences (savoir-faire, pratiques professionnelles). L’inventaire des réalisations et témoignages doit atteindre un degré de détail suffisant pour convaincre. J’ai choisi l’accompagnement dispensé par le SUFA. (…) Aujourd’hui  je remercie le SUFA pour la qualité du suivi.
Le passage devant le jury, une présentation orale de 15 minutes, appuyée par un PowerPoint animé, des échanges avec le jury. Un moment fort à l’issue duquel le jury m’accorde la validation en totalité. Licencié économique 4 mois plus tard, je suis aujourd’hui Attaché Commercial Responsable de secteur, j’ai changé de cap avec succès. La VAE m’a fait prendre conscience du chemin parcouru.

Source : http://fpc.univ-amu.fr/temoignages-vae

Pierre – Diplôme “Master 2 – “Informatique avancée et applications”

Pierre – Diplôme “Master 2 – “Informatique avancée et applications”, Faculté des Sciences de Luminy

La VAE est d’une indiscutable nécessité. Rien n’est plus important dans son cursus que de faire reconnaître ses capacités et talents lors des moments clefs de son projet professionnel.

Lorsque j’eu franchi le cap de l’expertise professionnelle, seule la reconnaissance officielle me semblait primordiale. Avec une certaine appréhension je passais les portes du bureau de l’Université bardé de mon Bac+4 en Informatique et Mathématique, Ingénieur d’Etude en SS2I depuis 7 ans. J’ai pu obtenir un Master2 en Internet et Applications Avancées, spécialité Intégration des Applications Logiciels un peu plus d’un an plus tard. Avec la joie malgré la charge de travail d’avoir fourni le meilleur de moi même et d’avoir eu la chance de rencontrer l’équipe vraiment formidable de l’Université, qui a su m’apporter une aide sans laquelle je n’aurais pu aucunement réussir.

Le bilan n’est que positif. J’ai pu m’affirmer dans projet professionnel ce qui m’a permit créer ma société en nom propre dans le secteur des nouvelles technologies. La dite reconnaissance ayant eu pour effet de multiplier par dix le nombre de mes contacts. La VAE a fait disparaître grand nombre d’illusions et de fantasmes en me permettant de me rendre compte de ma valeur intrinsèque dans un cadre d’une parfaite éthique d’enseignement, dont mon accompagnateur est un excellent exemple, je tiens à particulièrement le souligner.

Source : http://fpc.univ-amu.fr/temoignages-vae

7 erreurs à ne pas commettre

LA VALIDATION DES ACQUIS DE L’EXPÉRIENCE (VAE)

Les 7 erreurs fatales à éviter dans un dossier de VAEerreur vae

Publié par Christina Gierse
Avec un à plusieurs mois de travail, monter un dossier de demande de VAE (Validation des acquis de l’expérience) demande non seulement du temps, mais aussi d’éviter certains écueils.

Le point sur 7 erreurs classiques.

1/ Sous-estimer le travail à effectuer

« Monter un dossier de demande de VAE est un exercice délicat, difficile, car il est rare qu’au cours d’une carrière un individu ait eu à décrire de manière aussi détaillée toutes ses compétences », constate Sylvie Klapholz, directrice de VAE Conseil, un cabinet d’accompagnement spécialisé basé à Paris*. Concrètement, ce dossier implique la rédaction de deux livrets : le premier pour faire sa demande de VAE et le second, plus conséquent, appelé « Livret de validation ». Le travail personnel demandé est important et le candidat doit investir du temps, de l’énergie et de la persévérance. « Certains candidats sous-estiment l’effort personnel que cette démarche va leur demander et abandonnent », regrette Lydia Pelloux, conseillère en VAE au point relais conseil de la chambre de commerce et d’industrie sud Alsace-Mulhouse. La rédaction du livret de validation demanderait à elle seule 4 mois de travail à quelqu’un qui aurait une vie à côté : travail, famille…

2/ Tomber dans le hors-sujet

Sous forme de questionnaire, le livret de validation doit être rédigé avec soin. L’un des pièges principaux est le hors-sujet. « Il faut détailler ses activités et valoriser les compétences développées, tout en prenant garde de répondre précisément à la question », explique Sylvie Klapholz.

3/ Être trop théorique

« Il ne faut pas rédiger un livret de validation comme un mémoire. Il s’agit de prouver au jury, à travers des exemples concrets, que l’on a acquis les mêmes compétences et connaissances que par le biais d’une formation initiale », précise Sylvie Klapholz. Le candidat doit donc utiliser un langage courant pour être compris de tous les membres du jury, mais également faire preuve de technicité dans le vocabulaire pour montrer son savoir-faire.

4/ Faire des fautes

Les fautes d’orthographes et de syntaxe sont évidemment à proscrire. La relecture du dossier par plusieurs personnes est donc fortement conseillée.

5/ Utiliser le « nous » plutôt que le « je »

Monter son dossier de VAE est une démarche personnelle. Le candidat doit donc s’approprier son dossier et rédiger à la première personne en utilisant le « je » plutôt que le « on » ou le « nous ». Ici, il est question de vous, pas de votre entreprise ou équipe.

6/ Hésiter à se faire accompagner

Une démarche personnelle certes, mais l’accompagnement, bien que facultatif, est fortement recommandé. Surtout pour ceux qui ont quitté le système scolaire depuis un moment ou qui sont fâchés avec l’écrit. « Le candidat doit être aidé afin de « remonter le fil » de son expérience et de la traduire en termes de savoirs académiques », confirme Patricia Aspart, responsable de la VAE à l’université Toulouse-1, au département des sciences sociales.

7/ Faire du copier-coller

Dernier écueil à éviter : s’appuyer sur un livret de validation déjà rédigé par un autre candidat. Chaque parcours professionnel est différent, chaque fonction au sein d’une entreprise également… Les décalages entre votre dossier et la réalité de votre parcours seront détectables à l’oral par le jury. Or, au final, c’est bien ce jury qui décidera de vous délivrer, ou non, le précieux diplôme.

Hortense des Dorides
* VAE Conseil : http://www.vae-conseil.com
Pour aller plus loin : http://www.vae.gouv.fr